KOLARI

01 juillet 2019

Une punchline à Lisbonne

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais il règne une certaine versatilité sur le marchés depuis l'élection de Donald Trump : les marchés varient au gré de ses élucubrations. Récemment, j'ai assisté à un congrès à Lisbonne où j'en ai discuté avec d'autres participants, et ce qui est sûr, c'est que la discussion a mis du peps dans l'assemblée. Il faut dire que pour certains, Trump enchaîne les plaidoiries flamboyantes, lorsque elles ne sont que inquiétantes.
Je ne prétends pas connaître l'homme en question. Toutefois, il suffit de suivre les évènements pour réaliser ce qui se passe. Comme son intellect par exemple. Ce qui ressort franchement, c'est que le fauteur de trouble est loin d'être aussi débile que ce que beaucoup de gens (dont j'ai fait partie) ont pu présumer. Il a tout de même réussi à gagner les élections en dépit de tous les sondages qui le donnaient vaincu : il est donc plus malin que tous ceux ayant adhéré en ces pronostics.
Depuis cet exploit, certains supposent aujourd'hui encore que le candidat républicain est un crétin. Mais c'est selon moi réitérer une seconde fois la même erreur que précédemment. Il est plus que temps de prendre acte de cette intelligence politique. Son comportement actuel envers la puissance chinoise est ainsi très caractéristique. En attendant d'accéder au bureau ovale, il déstabilise la deuxième puissance économique en restant inconstant. Cette pratique est carrément représentative de sa vision des choses : une menace exagérée tout d'abord, immédiatement suivie d'un signal de conciliation. Trump est sans doute le grand spécialiste du chaud/froid. Il ne reste plus qu'à espérer que ses adversaires comprennent la logique du personnage s'ils ne veulent pas être menés à la baguette pendant les années qui viennent. Soit dit en passant, j'ai été enchanté par ce séminaire à Lisbonne. Si la discussion y était très énergique, le staff nous a vite réconciliés. Je vous mets en lien l'agence qui s'en est occupée, si vous souhaitez jeter un oeil.Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce séminaire incentive à Lisbonne.

Posté par kolari à 10:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 juin 2019

Contre l’impérialisme

Je suis loin de vouloir diminuer les louanges accordées au premier consul; si nous ne lui devait que le code civil, son nom serait dignement immortalisé à la postérité. Mais quels que soient les services rendus par un citoyen à son pays, il doit s'attendre à mais dans la mesure de la reconnaissance nationale de son travail. Si le citoyen a liberté publique stockée, s’il a été un bienfaiteur pour son pays, serait-il un bien e récompense pour lui offrir le sacrifice de cette liberté? Non! Ne serait-ce pas un annulation de son propre travail pour convertir ce pays dans son patrimoine privé? A partir du moment où on a proposé aux Français de voter pour faire de la consulat un bureau pour la vie, chacun a facilement jugé il y avait une réserve mentale, et vu le but ultime et la fin de la proposition. En effet, on a vu le succession rapide d'une série d'institutions manifestement monarchiques; mais à chaque mouvement l'anxiété se manifestait pour rassurer les esprits perturbés et curieux sur le score de liberté, que ces nouvelles institutions et arrangements n’ont été conçus que pour guérir la plus haute protection que l'on puisse souhaiter pour la liberté. Aujourd’hui, nous découvrons et développons de la manière la plus positive le sens de autant de ces mesures préliminaires. On nous demande de nous déclarer sur un proposition formelle de rétablir le système monarchique et de conférer un dignité matérielle et héréditaire du premier consul. A cette époque, j'ai voté contre un consulat à vie; Je voterai maintenant contre toute réintégration. L’établissement d’une monarchie, comme je le crois de mon devoir. Mais cela a été fait sans Sire pour évoquer la partisanerie; sans sentiment personnel; sans aucun sentiment sauf un passion pour le bien public, qui me pousse toujours à la défense du populaire cause. Je me soumets toujours pleinement aux lois existantes, même lorsqu'elles déplaisent le plus. Plus été victime de mon dévouement au droit et je ne commencerai pas à rétrospectivement note aujourd'hui. Je déclare donc que alors que je combat cette proposition, de la moment où un nouvel ordre des choses aura été établi, qui aura reçu l’assentiment de la masse de nos citoyens, je serai le premier à me conformer à mon tions; donner à l'autorité suprême toutes les marques de déférence commandées par l'oligarchie constitutionnelle. Chaque membre de la société peut-il enregistrer un voeu comme étant sincère? et désintéressé comme le mien? Je ne ferai pas entrer dans la discussion ma préférence pour le bien-fondé général de un système de gouvernement sur un autre. Sur ces sujets il y a d'innombrables volumes écrits. Je vais me charger d’examiner en peu de mots, et à la simple termes les plus plausibles, le cas particulier dans lequel les circonstances présentes nous placent. Tous les Les arguments avancés jusqu’à présent pour le rétablissement de la monarchie en France sont renvoyés. déduit de l’affirmation selon laquelle c’est le seul moyen d’assurer la stabilité du gouvernement et la tranquillité publique, seule échappatoire au désordre intérieur, la lien unique de l'union contre les ennemis extérieurs, que le système républicain a été vainement essayé de toutes les manières possibles; et que de tous ces efforts que l'anarchie a abouti. Une révolution prolongée et incessante a réveillé un perpétuel crainte de nouveaux troubles et, par conséquent, un désir profond et universel de voir jeté l'ancien gouvernement héréditaire, ne changeant que la dynastie. Pour cela, nous devons faire une réponse.

Posté par kolari à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 avril 2019

Le développement des drones d'attaque

Le ministère américain de la Défense (DoD) a annoncé le 5 novembre avoir attribué un contrat de 263 millions de dollars à General Atomics - Aeronautical Systems Inc. pour la production de MQ-9 Reaper.  Selon une déclaration du DoD, General Atomics - Aeronautical Systems Inc., de Poway, en Californie, a remporté un contrat à prix ferme de 263 403 355 dollars pour la production de MQ-9 Reaper.  Ce contrat prévoit la production de l'avion MQ-9 Reaper dans la configuration de production de l'exercice 2018. Les travaux seront effectués à Poway, en Californie, et devraient être terminés d'ici le 30 novembre 2021.  En outre, le DoD a noté que cette attribution est le résultat d’une acquisition à fournisseur unique. Des fonds d’achat d’avions de 263 403 355 dollars pour les exercices 2017 et 2018 sont engagés au moment de l’attribution.  Le MQ-9 Reaper est un véhicule aérien sans pilote (UAV) capable d'opérations de vol à distance ou autonomes, développé par General Atomics Aeronautical Systems principalement pour l'US Air Force (USAF). C'est le premier UAV chasseur-tueur conçu pour la surveillance à haute endurance et de longue durée.   La MQ-9 Reaper est plus rapide, plus grande et peut transporter une charge utile plus importante que le prédateur MQ-1.   MQ-9 est mieux équipé que le MQ-1 en raison de sa vitesse accrue, de ses capteurs haute définition et de sa capacité à transporter plus de munitions. Ces attributs de combat permettent au MQ-9 de compléter un large éventail de missions pouvant aider l’armée de l’air à rester préparée au combat.   L’avion est hautement modulaire et se configure facilement avec une variété de charges utiles pour répondre aux besoins de la mission. Le MQ-9 est capable de transporter de multiples charges utiles pour la mission, notamment: électro-optique / infrarouge (EO / IR), radar Lynx® multimode, radar de surveillance maritime multimode, mesures de soutien électronique, indicateurs laser et autres paquets d'armes.   L’avion a été acquis par l’armée de l’air américaine, le département américain de la Sécurité intérieure, la NASA, la Royal Air Force, l’armée de l’air italienne, l’armée de l’air française, l’armée de l’air espagnole Force, et bientôt d'autres. Source : bapteme en avion de chasse

Posté par kolari à 09:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2019

Dormir chez Trump

Situé à 15 minutes à pied de Water Tower Place, impressionnant Trump International Hotel & Tower Chicago propose une piscine intérieure chauffée et un parcours de golf. Trump International Hotel & Tower Chicago a été ouvert en 2008. Trump International Hotel & Tower Chicago offre un sauna, un salon de beauté et un jacuzzi ainsi que la proximité de Tribune Tower. Trump International Hotel & Tower Chicago est situé dans le quartier Magnificent Mile à côté de les lieux historiques et les musées. Les clients qui aiment le shopping peuvent profiter de la proximité aux boutiques, aux magasins et aux détaillants. Un restaurant sert une cuisine moderne sur place. Le bar bar lounge est disponible sur place. Offrant diverses options de restauration, Sixteen et The Terrace at Trump sont environ à 5 minutes à pied. À 10 minutes de marche de la gare Millennium. L'hôtel est à 25 minutes en voiture de l'aéroport international Midway de Chicago, qui est à 20 km. L'hôtel propose des soins du visage et le centre de massage pour la relaxation et la revitalisation du corps.

Posté par kolari à 17:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2019

La force des lobbies

Récemment, j'ai participé à un séminaire. Et entre deux séances de travail, j'ai eu un échange particulièrement intéressant avec un des participant. Il a montré de quelle façon les groupes d'influence réussissent fréquemment à à réprimer la croissance, et je partageais parfaitement son point de vue sur le sujet. Les groupes d’intérêt sont de mon point de vue une vraie calamité. Ils sont en effet caractérisés par le fait qu’ils préservent les intérêts de leurs propres membres et non pas ceux de l'ensemble de la société. Pendant leurs tractations avec les autorités sur les impôts, ils protègent les intérêts de leur propre groupe, quitte à nuire à ceux de l’ensemble de la société. Et ils pèsent souvent de façon outrancière la gestion politique. Les groupes d’intérêt sont bien mieux organisés et leurs intérêts sont par conséquent mieux représentés que celles de la société. Ils parviennent plus facilement à faire accepter leurs revendications, et ce même si celles-ci portent atteinte à l’intérêt de la société. Il y a une foultitude de groupes, cela va des agriculteurs, conducteurs de train. A partir du moment où ces groupes de pression ont beaucoup à perdre lors d’un projet politique, ils n’hésiteront pas à prendre d'assaut les médias sur ce fait. Un groupe moins organisé dont chaque membre a individuellement peu à gagner ou à perdre pour cette mesure obtiendra logiquement moins l'attention de la part du monde politique. Le citoyen appartient à cette deuxième catégorie. Du coup, chaque groupe d’intérêt réussit assez facilement à obtenir des gains financés par le contribuable. Tout cela conduit à une kyrielle de subventions spécifiques et de statuts d’exception qui engagent les citoyens à débourser plus à cause d'un secteur qui est parvenu à imposer des mesures contre la concurrence. En tout cas, j'ai beaucoup apprécié ce congrèsà Londres, tant pour cette discussion que pour . L'agence qui l'a géré, si vous voulez en savoir plus. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce voyage séminaire à Londres.

Posté par kolari à 08:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 février 2019

Schiappa et le sexisme

Mais sa tribune de soutien à Nicolas Hulot n’a pas été appréciée. «Sa solidarité de caste l’a emporté sur sa solidarité de genre, juge une ancienne titulaire du poste. Dans ces cas-là, on se tait, on rase les murs et on attend que ça passe.» Mais elle persiste. L’affaire Darmanin la met plus mal à l’aise. Elle admet se trouver «dans une situation compliquée». Et cette fois, elle se tait. «Il y a des plaintes, il faut que la justice passe. Marlène Schiappa fait ses armes. Mais son mari l’affirme: «Sa meilleure arme, c’est son aplomb.» Pas facile, pour ce consultant en ressources humaines de 41 ans, manager de carrière, de toujours trouver sa place aux côtés de cette épouse débordante d’énergie. «Il faut accepter d’être l’homme de l’ombre, l’homme invisible…» Puis il ajoute: «Mais ça a un confort, l’anonymat.» Ensemble, ils regardent la saison 2 de «The Crown», la série historique sur le règne d’Elizabeth II. «Il y a des moments où je m’identifie au prince Philip», s’amuse Cédric. MAHJOUBI - Après avoir évoqué son homosexualité sur Twitter à l'occasion de la journée contre l'homophobie, le secrétaire d'Etat au numérique, Mounir Mahjoubi, a accordé une interview à Paris Match, dans laquelle il présente son compagnon. ] C'est dans une photo postée sur son compte Instagram que le secrétaire d'Etat chargé du numérique, Mounir Mahjoubi, a annoncé la nouvelle. Il a décidé de présenter officiellement son compagnon aux Français dans les pages de Paris Match. Depuis son coming-out, Mounir Mahjoubi n'hésite plus à parler librement de son homosexualité. Pacsé depuis 2015, le jeune membre du gouvernement partage sa vie depuis 13 ans avec celui qu'il a rencontré "par échanges épistolaires via un site internet", dit-il dans Paris Match. Très discret depuis sa prise de fonction en mai 2017, Mounir Mahjoubi se dévoile ainsi publiquement en exposant son couple au grand public. Aider ceux qui hésitent à assumer leur homosexualité, voilà l'objectif de Mounir Mahjoubi. Intitulé "Le ministre sans complexe", l'article revient sur l'adolescence et les années d'homophobie dont a été victime le jeune ministre. Les germes sont éradiqués. Alors que si l’on épand directement du fumier, ce sont des milliers de germes qui vont dans le sol ». L’agriculteur de Pigerolles attend bien de cet épandage « un effet boost sur les cultures ». Entouré d'une volumineuse escorte, le ministre de la Transition énergétique a visité les équipements de méthanisation de la ferme Emergence bio. Le méthaniseur offre encore un surplus calorifique que Jouany Chatoux entend bien utiliser « pour chauffer des serres dédiées à la culture du cannabis thérapeutique ». Cannabis thérapeutique: où en est on ? Le ministre et la préfète de la Creuse Magali Debatte se sont retrouvés dans un caisson dédié « à la sélection de plants de cannabis thérapeutique ou bien-être ». François de Rugy a semblé convaincu. Les promoteurs du cannabis thérapeutique creusois ont fait visiter au ministre de la Transition écologique un caisson qui sera destiné à la future sélection de plants. « Ne jamais laisser faire, ne jamais banaliser », a appelé Pierre Dharréville (PCF). « La question de la résurgence de l’antisémitisme est l’affaire de tous les républicains », pour Boris Vallaud (PS). Il a lancé en mars 2018 un plan triennal de lutte contre l’antisémitisme et le racisme, qui prévoit notamment l’expérimentation d' »un réseau d’enquêteurs et de magistrats spécifiquement formés à la lutte contre les actes haineux ». Il prépare aussi une modification de la loi pour renforcer la lutte contre la cyberhaine. Niant mardi tout « amalgame » entre antisémitisme et « gilets jaunes », il a néanmoins affirmé que ces actes interviennent « souvent en marge de ces cortèges » où extrême gauche et extrême droite « se mêlent ». « Le complotisme est très présent dans (les) rangs » des « gilets jaunes », dit le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne. Dénonçant une « instrumentalisation », le député LFI Alexis Corbière a appelé M. Griveaux à ne pas « raconter n’importe quoi: le mouvement des gilets jaunes n’est pas un mouvement antisémite ». Dire le contraire « disqualifie la lutte contre l’antisémitisme ». Un décolleté et une avalanche de commentaires sexistes. C'est ce que vivent de nombreuses femmes au quotidien, jugée sur la tenue qu'elles ont choisi de porter. Ce mardi 24 juillet, c'est Marlène Schiappa qui en a fait les frais. Invitée sur le plateau de BFM TV pour parler de l'affaire Benalla, la secrétaire d'État chargée de l'égalité femmes-hommes a provoqué la colère de certains internautes, non pas à cause de ses propos, mais de sa tenue vestimentaire. En pleine canicule, elle avait choisi de s'habiller avec une robe et une veste. Mais des téléspectateurs ont jugé sa robe trop décolletée et ont publié des commentaires sexistes et haineux sur Twitter. Ca transpire l'urgence et les conseillers en com qui se sont dit: "L'est trop conne: faut faire péter le décolleté !". Sauf que dans le cas de Marlène, fallait penser au push up ! Plusieurs messages d'insultes et de haine ont été postés, à la suite de son apparition télévisée. Si de telles diffamations pouvaient de temps en temps être publiquement punies, les réseaux sociaux ne s'en porteraient que mieux @MarleneSchiappa. Manifestement les quelques condamnations erratiques ne suffisent pas ¿ Quand elle a pris connaissance de ces attaques misogynes, Marlène Schiappa a publié un tweet pour répondre à celles et ceux qui ont critiqué sa tenue. La secrétaire d'État a également tenu à remercier les internautes qui ont pris sa défense face à ce déferlement de haine sexiste. Sexisme : pourquoi est-ce qu'une pub Etam fait polémique ? EN IMAGES - Marre du sexisme ?

Posté par kolari à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2018

Toujours plus de voitures électrique

L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi fait le pari que les moteurs du marché de masse vont bientôt basculer vers les voitures électriques, annonçant le projet de produire 12 nouveaux modèles électriques d'ici 2022 et de faire des voitures électriques 30% de sa production totale. Les constructeurs automobiles - qui ont vendu collectivement plus de véhicules que toute autre société au monde au cours du premier semestre de cette année - ont également annoncé leur intention de fabriquer des «robo-taxis», des véhicules de transport en commun sans conducteur et des voitures autonomes destinés aux consommateurs de la classe moyenne. Les annonces font partie d’un plan stratégique global publié la semaine dernière, visant à tirer parti de la portée croissante de l’alliance après la prise de contrôle de Mitsubishi l’année dernière pour consolider sa position et rendre les voitures électriques et sans conducteur plus abordables. Ils ont également dévoilé le nouveau logo de l’alliance à trois et l’ont renommé Renault-Nissan-Mitsubishi. Le président-directeur général, Carlos Ghosn, parie que les restrictions imposées par le gouvernement sur les voitures diesel et à essence inciteront les conducteurs à utiliser l'électricité. "Nous ne le faisons pas" sais combien de temps cela va prendre… mais ça s'en vient », a déclaré Ghosn dans une interview. La Grande-Bretagne et la France ont décidé d'interdire les ventes de voitures neuves à moteur diesel et à essence à partir de 2040 et la Chine envisage une démarche similaire. "Les gens regardent un peu plus loin dans l'avenir, en disant: 'Je vais passer à l'électricité parce que je ne veux pas avoir le problème avec la voiture que j'ai aujourd'hui trois ou quatre ans plus tard'", at-il déclaré. m'a dit. Tous les grands constructeurs automobiles essaient de se positionner pour tirer parti des changements attendus, mais imprévisibles et chaotiques, qui dépassent l’industrie: voitures autonomes, voitures connectées qui partagent des données, covoiturage où vous ne possédez pas de véhicule mais commandez un par application, et les véhicules à faibles émissions demandés par l'Union européenne pour lutter contre le changement climatique et par la Chine, où de nombreuses villes luttent contre une pollution endémique. Cette semaine au salon automobile de Francfort, plusieurs constructeurs automobiles ont vanté leurs stratégies en matière d'électricité et d'autres technologies à faibles émissions. Volkswagen AG a notamment annoncé une campagne d'électrification à long terme, affirmant que ses marques introduiront 80 nouveaux véhicules électriques d'ici 2025. L'objectif de Renault-Nissan-Mitsubishi est de porter la portée de ses voitures électriques à plus de 600 kilomètres, de batteries plus petites et d'accélérer le temps de chargement. Il demande 15 minutes de temps de charge pour permettre une autonomie de 230 km, contre 90 km actuellement. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog des plus belles voitures du monde qui est très bien fait sur le sujet.

Posté par kolari à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2018

De l’IA chez les soldats

Dans son discours de 1958 sur l'état de l'Union, le président Dwight Eisenhower a déclaré que les États-Unis d'Amérique "doivent être tournés vers l'avenir dans le domaine de la recherche et du développement pour anticiper les armes inimaginables du futur". Quelques semaines plus tard, son administration a créé le Research Projects Agency, un organisme indépendant du point de vue bureaucratique qui relevait du secrétaire à la Défense. Cette décision avait été motivée par le lancement du satellite Spoutnik par l'Union soviétique. L’agence avait initialement pour mission de hâter l’entrée de l’Amérique dans l’espace. Au cours des prochaines années, la mission d’arpa a englobé des recherches sur la «symbiose homme-ordinateur» et un programme classifié d’expériences de contrôle de l’esprit nommé Project Pandora. Il y avait des efforts étranges qui consistaient à essayer de déplacer des objets à distance au moyen de la pensée seule. En 1972, avec une franchise supplémentaire, le mot Défense a été ajouté au nom et l’agence est devenue DARPA. Poursuivant sa mission, la DARPA a financé des chercheurs qui ont aidé à inventer Des technologies qui ont changé la nature du combat (avions furtifs, drones) et façonné la vie quotidienne de milliards de personnes (technologie de reconnaissance vocale, appareils GPS). Sa création la plus connue est Internet. Le penchant de l’agence pour ce qu’on appelle la recherche «à haut risque et à haute récompense» a permis de financer également une série de folies. Le projet Seesaw, un fiasco de la guerre froide par excellence, envisageait une «arme à faisceau de particules» pouvant être déployée en cas d'attaque soviétique. L'idée était de déclencher une série d'explosions nucléaires sous les Grands Lacs, créant ainsi une immense chambre souterraine. Ensuite, les lacs seraient asséchés en 15 minutes pour générer l’électricité nécessaire au déclenchement d’un faisceau de particules. Le faisceau s'accélérerait à travers des tunnels longs de plusieurs centaines de kilomètres (également creusés par des explosions nucléaires souterraines) afin de rassembler assez de force pour se propulser dans l'atmosphère et renverser du ciel les missiles soviétiques arrivant. Au cours de la guerre du Vietnam, la DARPA a tenté de construire un Machine anthropomorphe cybernétique, un véhicule de la jungle que les responsables ont qualifié d '«éléphant mécanique». Les objectifs divers et parfois même opposés des scientifiques de la DARPA et de leurs seigneurs du Département de la Défense ont été fusionnés pour former une culture de recherche trouble et symbiotique - «non encombrée par la surveillance bureaucratique typique et non restreinte à la surveillance scientifique», écrit Sharon Weinberger dans un livre récent. Les imaginateurs de la guerre. Selon le récit de Weinberger, l’histoire institutionnelle de la DARPA comprend de nombreux épisodes d’introduction d’une nouvelle technologie dans le contexte d’une application attrayante, tout en cachant d’autres motivations authentiques mais plus troublantes. Chez DARPA, la main gauche sait et ne sait pas ce que fait la main droite. L'agence est trompeusement compacte. Quelque 220 employés, appuyés par environ 1 000 contractants, se rendent au travail tous les jours au siège de la DARPA, un bâtiment en verre et acier non défini à Arlington, en Virginie, situé en face de la patinoire d'entraînement de Washington. Capitales. Environ 100 de ces employés sont des gestionnaires de programme - scientifiques et ingénieurs - dont une partie du travail consiste à superviser environ 2 000 accords de sous-traitance conclus avec des entreprises, des universités et des laboratoires gouvernementaux. L’effectif effectif de la DARPA s’élève en réalité à des dizaines de milliers de personnes. On dit officiellement que le budget s’élève à environ 3 milliards de dollars et qu’il est à peu près à ce niveau depuis une période invraisemblablement longue - les 14 dernières années.

Posté par kolari à 08:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2018

Des vins sucrés

Outre Brachetto d'Acqui et peut-être Symphony, je ne sais pas si j'ai beaucoup écrit sur les vins sucrés ou les vins de dessert. Même si je suis un fan de vins doux, je ne bois pas ou ne les achète pas souvent. Je pense que c'est principalement parce que j'ai cette équation dans ma tête où les vins sucrés = les vins de dessert, et le fait est que quand je suis chez moi, je ne mange pas beaucoup de dessert. Le coût est un autre facteur car les bons vins doux sont généralement fabriqués de manière à nécessiter énormément de raisins pour produire un peu de vin, tels que les vins produits à partir de raisins raisins, congelés ou infectés par le botrytis. . L'éventail des prix des vins doux est beaucoup plus comprimé, car ils ont tendance à être plus élevés que les vins de table, même s'ils s'aplatissent plus rapidement dans le haut de gamme. Les vins de table haut de gamme de Bordeaux, de Bourgogne et de Californie peuvent vous rapporter 5 000 dollars, tandis que le plus grand vin de Sauternes (et sans doute le plus grand vin sucré de la planète), entre 300 et 400 dollars par an. demi bouteille Indépendamment du prix, les vins doux ont définitivement leur place à la table et je me demande souvent pourquoi je n'en bois pas plus. Tout cela est en introduction au raisin d'aujourd'hui, Aleatico. Aleatico est un cépage rouge italien dont les origines sont très floues. Il existe des documents écrits datant du 14ème siècle qui font référence au cépage "Livatica", que l'on croit communément être Aleatico (Livatica est également connu sous le nom de Liatico ou Agliano, donc vous mettez les deux ensemble et vous obtenez Aleatico). On a pensé pendant un certain temps qu'Aleatico était simplement une mutation à la peau rouge de Muscat Blanc a Petits Grains, mais récemment des recherches sur l'ADN semblent indiquer que Muscat est un parent d'Aleatico plutôt qu'une mutation (l'autre parent n'a pas pu être identifié). La couleur profonde et intense des vins Aleatico est également un grand coup contre la théorie des mutations, car les clones à peau rouge de la famille Muscat ne possèdent rien qui ressemble à la couleur profonde d'Aeatico. Personne ne conteste que le raisin a un lien avec la famille des raisins Muscat, et une fois que vous avez essayé le vin, il est assez facile de comprendre pourquoi. Un autre point de confusion avec Aleatico est la question de savoir d'où il vient. Il y a beaucoup de raisins qui poussent en Italie aujourd'hui et qui sont venus de Grèce à un moment donné, mais il n'est pas clair si Aleatico est l'un de ces raisins ou non. Certains affirment que c'est une importation grecque et d'autres qui affirment qu'elle est originaire du sud de l'Italie (en particulier des Pouilles). Quoi qu'il en soit, l'Italie est la maison actuelle du raisin. Il y a quelques DOC et un DOCG disséminés en Italie qui présentent Aleatico. La majeure partie est cultivée dans les Pouilles, le Latium ou la Toscane, bien que les plantations soient limitées dans quelques autres régions italiennes. Fait intéressant, Aleatico est l'un des rares raisins cultivés sur l'île toscane d'Elbe et les vins produits à partir du raisin étaient prétendument l'une des rares sources de réconfort de Napoléon lors de son exil. Il est cultivé en quantités limitées dans d'autres parties du monde, comme le Chili, où il est connu sous le nom de Moscatel rouge, et, de manière surprenante, dans des endroits comme l'Ouzbékistan et le Kazakhstan. Les plantations d'Aleatico semblent être en déclin dans toute l'Italie, mais j'ai eu la chance de trouver la mise en bouteille 2006 de Nanerone appelée "Piandibugnano" Aleatico di Toscana IGT chez Bin Ends pour 29 $ (500mL). Dans le verre, le vin était d'une couleur noire, dense et noire avec un bord violet très étroit. Le vin avait un arôme de raisin et de fleurs très similaire à celui des autres vins à base de muscat. En bouche, le vin était épais, mais pas sirupeux, avec une belle acidité qui était plus prononcée et, étrangement, un peu de tanin poussiéreux et fin. Le vin était définitivement sucré avec des arômes de raisin pourpre mûr avec des fruits de litchi et de confiture de mûre. Au départ, j'avais pensé que cela pouvait être légèrement fortifié, mais j'ai depuis appris (par mes amis de The Wine Bottega) que cela se fait en fait dans la méthode passito, où les raisins sont complètement ou partiellement séchés avant d'être pressés. J'étais un peu surpris, car cela correspond à 15% d'alcool, mais ça le porte très bien. Les saveurs ne sont pas particulièrement complexes, mais elles sont très intenses et concentrées. Ma note résumée se lit comme suit: "un peu comme un portique enrichi de soda au raisin Welch ou plat", ce qui ne frappe pas du tout le vin car je l'ai trouvé très agréable. Ceci est une course à domicile avec du chocolat, mais a suffisamment de saveurs de fruits rouges pour compléter un cordonnier de fruits noirs ou quelque chose dans cette veine. C'est un vin de dessert à un prix très raisonnable que vous devriez absolument essayer si vous le rencontrez. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce cours d'oenologie à Tours.

vin (20)

Posté par kolari à 16:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 septembre 2018

12 millions d’hectares bio en 2016

Fin 2016, 291 326 exploitations agricoles européennes cultivaient près de 12 millions d’hectares selon le mode biologique, contre 4,3 millions d’hectares en 2000. Entre 2015 et 2016, le nombre de fermes a progressé de +8,4 % et les surfaces bio de +7,6%. Plus de la moitié des surfaces et des exploitations bio se situent dans 4 pays : l’Espagne, 1er pour la surface et 2e pour le nombre de fermes ; l’Italie, 2e pour la surface et 1re pour le nombre de fermes ; la France, 3e ; l’Allemagne, 4e. Les surfaces en bio représentaient ainsi 6,7 % de la surface agricole utile européenne en 2016 (à titre de comparaison 5,7 % en France). Trois pays se distinguent avec une part des surfaces en bio dans la SAU totale supérieure à 15 % : l’Autriche, la Suède et l’Estonie. Avec plus de la moitié de ses terres agricoles cultivées en bio, la région de Salzbourg en Autriche précède la Calabre en Italie, l’Ouest de l’Estonie et le Noorland Central suédois qui cultivent plus de 30 % de leur surface agricole selon le mode biologique. À l’opposé, plusieurs régions européennes consacrent moins de 1 % de leurs surfaces agricoles à l’agriculture biologique. En 2016, la consommation de produits alimentaires bio est estimée à 32,6 milliards d’euros (+12 % par rapport à 2015). En valeur, près de 70 % des achats s’effectuent dans quatre pays : l’Allemagne (29 % de la consommation européenne en 2015), la France (22 %), l’Italie (9%) et le Royaume-Uni (8 %). Durant les dix dernières années, le marché s’est montré très dynamique en France, en Allemagne et en Suède alors que le marché britannique commence à retrouver son développement d’avant 2008. Les Danois suivis des Suédois sont les Européens qui y consacrent la plus grande part de leur budget alimentaire, respectivement 9,7 % et 8,7 % en 2016. A titre de comparaison, 3,5 % des achats alimentaires des Français étaient dédiés aux produits biologiques à la même date.

Posté par kolari à 16:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]