Les dirigeants mondiaux et les organismes de santé se prononcent de plus en plus pour un changement de perspective, délaissant les programmes verticaux au profit d’une approche plus vaste et mieux coordonnée du renforcement des systèmes de santé, dans le droit fil des stratégies nationales de santé. C’est dans ce contexte que le Gouvernement du Japon, qui a présidé le G7 en 2016, a exposé la Vision d’Ise-Shima pour la santé mondiale. Les dirigeants allemands et japonais ont lancé un appel à associer renforcement des systèmes de santé, couverture sanitaire universelle et sécurité sanitaire, et cette question a été abordée lors de la réunion des pays du G20 en 2017. Il est établi que des systèmes de santé résilients qui fonctionnent bien sont rentables à long terme si on les compare aux ressources qui doivent être mobilisées pour les interventions d’urgence. Le pacte mondial du Partenariat international pour la santé (IHP+) a lancé le projet CSU2030 afin d’élargir la portée du Partenariat, qui œuvre à l’instauration de la couverture sanitaire universelle d’ici 2030. L’OMS a joué un rôle crucial, en association avec la Banque mondiale, pour faire avancer ce processus. Le Secrétariat a accompagné les États Membres dans la conception d’une approche centrée sur la personne assurant des services de santé accessibles, efficaces et de qualité qui répondent aux besoins des populations. Le Cadre pour des services de santé intégrés centrés sur la personne mis en place par l’OMS en 2016 vise à relever ce défi en appelant à une réorientation de la façon dont les services de santé sont gérés et fournis. Le cadre aide les pays à mettre en place progressivement la couverture sanitaire universelle en concevant des systèmes à l’intention des personnes plutôt que des systèmes axés sur les maladies et les établissements de santé. Nombre d’États Membres ont associé des donateurs avec des programmes de lutte contre des maladies données au cours du processus de développement de stratégies sanitaires et d’ensembles de services. La Région de la Méditerranée orientale a fait activement la promotion de la médecine familiale à l’échelon des soins de santé primaires afin d’améliorer la couverture et la qualité des soins.